« Il y a une dizaine d’années, Didier Le Gars (fondateur des Nouveaux Robinson) se disait que travailler dans une entreprise où les rapports humains seraient différents devait être possible… » Jean Mata, Président du Directoire

Une organisation du travail décentralisée et responsabilisante

L'ensemble des salariés est convié à se prononcer sur l'organisation de la vie de la coopérative. Ce au travers de plusieurs instances représentatives : le conseil de surveillance, avec un salarié élu et deux désignés par le Comité d'Entreprise, les Assemblées Générales de salariés et le Comité d'Entreprise qui est régulièrement consulté sur les décisions de gestion.
Les équipes bénéficient d'une grande autonomie à la fois sur le choix des fournisseurs et des produits mais aussi sur l'organisation du travail. La coopérative insiste sur la polyvalence et l'autonomie dans le travail.
En revanche, il est attendu des salariés une forte implication dans le travail puisque la richesse créée est largement répartie, un respect sans faille des clients, des fournisseurs et des collègues ; la qualité des relations interpersonnelles constitue un des fondements de la coopérative.

Une politique sociale volontariste

Les Nouveaux Robinson défendent les valeurs de respect de la personne humaine et de la biosphère.

La coopérative a été créée sur la base d'une forte préoccupation sociale. Dès le début, les Nouveaux Robinson ont adopté des principes sociaux qui allaient bien au-delà de la convention collective et même de la convention sociale du réseau Biocoop auquel nous étions alors affiliés.
L'Assemblée Générale des salariés qui a lieu deux fois par an, au printemps et à l'automne est l'occasion, outre de se réunir, de donner la possibilité aux salariés qui le souhaitent de mieux comprendre la gestion globale de la coopérative.

Salaires avantageux et accords d'intéressement et de participation

Chacun participe au résultat quelle que soit sa fonction.
L‘intéressement est réparti de manière égalitaire au prorata du temps de travail. La participation, quant à elle, est répartie en fonction du salaire, afin d'offrir une compensation au personnel d'encadrement dont les salaires mensuels sont plutôt bas par rapport au prix du marché.
En effet, l'échelle des salaires est inférieure à 3. Ceci permet de recruter, pour des fonctions qui ne demandent aucune qualification particulière, à un salaire supérieur à celui exigé par la convention collective.